La « SUBVERSION IDÉOLOGIQUE » ou « GUERRE PSYCHOLOGIQUE »


Voici une des vidéos fortes intéressantes, je vous laisse faire les parallèles avec la mise en place d’un nouvel ordre mondial…


Ex-agent du KGB Youri Bezmenov expose la « SUBVERSION IDÉOLOGIQUE » ou « GUERRE PSYCHOLOGIQUE« 

Description de la Vidéo :

Cet exposé datant des années 80 sur les méthodes d’infiltration/subversion/neutralisation/destruction pourrait-il expliquer la situation chaotique de la France à l’heure actuelle, et plus globalement du monde occidental ?


Citation :

« S’assurer une centaine de victoires en une centaine de batailles n’est pas se montrer très habile. Le summum de l’habilité, c’est vaincre sans combattre. »
Extrait de « l’Art de la guerre » de Sun Tzu


Le Texte de la Vidéo :

(C’est donc l’ex-agent du KGB Youri Bezmenov qui parle tout le long… sauf le texte grisé)

Elle est stoppée à mi parcours elle n’atteint jamais sa cible (URSS).
La théorie de la subversion est née 2500 ans avant JC.

Le premier humain qui a formulé la tactique de la subversion, était un philosophe chinois. Nommé Sun Tzu, 2500 ans avant JC. Il était le conseiller de plusieurs cours de l’ancienne Chine impériale.

Et il avança une longue méditation, qu’implémenter une politique dans un état (étranger) de façons guerrière. Et que vous entamer un conflit, ceci est la méthode la plus stupide d’y parvenir…
La règle primordiale de l’art de la guerre est de ne pas combattre du tout
Mais de subvertir quelque chose de valeur présente dans le pays de votre ennemi. Jusqu’au moment où la perception de votre ennemie est pervertie au point qu’il ne vous perçoit plus comme un ennemie.
C’est le but ultime.
L’étape finale de la subversion, après laquelle vous pouvez conquérir votre ennemie sans même qu’un seul coup de feu n’ait été tiré.
Un subversion réussie, ceci est la base de ce qu’est la subversion.

Nous interviewons aujourd’hui Youri Alexandrovitch Bezmenov. Youri Bezmenov est né en 1939 dans la banlieue de Moscou. Il est le fils d’un officier de haut rang de l’armée soviétique. Il est issu des écoles de l’élite du système soviétique, et il est devenu un expert de la culture et des langues de l’Inde. Il a fait une carrière exceptionnelle au sein de Novosti, qui était, et est encore, l’agence de presse du régime soviétique, agence qui servait également de paravent pour le KGB. Il est passé à l’Ouest en 1970 après avoir été totalement dégoûté du système soviétique, et il l’a fait au péril de sa vie. C’est certainement l’un des plus grands experts mondiaux en matière de propagande soviétique, de désinformation et de manipulation.

Quand les soviétiques parlent de « subversion idéologique », qu’entendent-ils par là ?

La subversion idéologique, c’est un processus que l’on appelle soit « subversion idéologique » ou manipulation de l’opinion, – « Mesure Actives » dans le jargon du KGB – ou « guerre psychologique » (cf. Sun Tzu). Cela signifie essentiellement : changer la perception de la réalité de tous les américains, au point que malgré la profusion d’information, plus personne n’est plus capable de tenir un raisonnement correct afin de défendre ses propres intérêts, ceux de sa famille, de sa communauté, ou de son pays. C’est un processus de lavage de cerveau généralisé, qui va très lentement, et qui comprend 4 phases.

Phase n°1 : La démoralisation

La première phase est celle de la « démoralisation« . Cela prend entre 15 et 20 ans pour « démoraliser » un pays. Pourquoi tant d’années ? Parce que c’est le nombre d’années minimum requis pour éduquer une génération d’étudiants du pays visé, et pour l’exposer à l’idéologie adverse.

Pourquoi 15 ou 20 ans ? C’est la durée suffisante pour éduquer une génération d’étudiants ou d’enfants, une génération, la période dans la vie d’une personne, d’un être humain, dédiée à étudier pour forger l’attitude idéologique de la personnalité.
En général cela prend entre 15 à 20 ans, qu’est-ce que cela inclus ? Cela inclus : influencer, ou par des méthodes diverses, l’infiltration, méthodes de propagande, contact directs, peu importe je les décrirai plus tard…

Fondamentalement,l’Amérique est coincée par cette « démoralisation ». Si vous commenciez maintenant, à la minute même, à former une nouvelle génération d’américains, cela prendra quand même de 15 à 20 ans pour inverser la tendance, pour inverser cette perception idéologique de la réalité, et revenir à la normale et aux idées patriotiques.

Donc, à l’étape de démoralisation évidemment il y a des tendances dans chaque sociétés, dans chaque pays, qui vont à l’encontre des valeurs et principes moraux, bénéficier de ces mouvements, de capitaliser sur eux, est le but principal des initiateurs de la subversion.
Donc nous avons :

      1. la religion
      2. l’éducation
      3. la vie sociale
      4. la structure du pouvoir
      5. les relations professionnelles
      6. et finalement nous avons la justice et le maintien de l’ordre.

1,2,3,4,5,6…ok?
Tout ceci sont les champs d’application de la subversion, qu’est-ce que cela veut dire exactement ?

Dans le cas de la religion :

    • la détruire
    • la ridiculiser
    • la substituer avec diverses sectes et cultes, qui captent l’attention des gens, des croyances qu’elles soient naïves ou primitives, peu importe.
      Aussi longtemps que la foi traditionnelle se voit lentement érodée, et que son but suprême de conserver les gens en relation avec Dieu soit détourné. Cela sert la manœuvre, ensuite substituer les organisations religieuses reconnues avec d’autres organisations factices. Détourner les gens de la foi traditionnelle et les leurrer vers d’autres croyances distinctes.

L’éducation :

    • les détourner d’enseignements constructifs, pragmatiques, efficaces. À la place des mathématiques, la physique, les langues étrangères, la chimie, enseignez-leur l’histoire de la guerre urbaine, la nourriture naturelle, l’économie domestique, la sexualité. N’importe quoi, du moment qu’ils soient fourvoyés ok ?

La vie sociale :

    • remplacer les institutions et organisations préalablement bien établies par d’autres factices.
    • soustraire l’initiative populaire
    • soustraire les responsabilités
    • substituer les liens naturels établis qui lient les individus, groupes d’individus, par des organes artificiels bureaucratiquement administrés
    • à la place d’une vie sociale et amicale entre voisins, établir des institutions de travailleurs sociaux. Des gens rémunérés par qui ?
        • La société ?
        • Non ! La bureaucratie.

Le soucis principal des travailleurs sociaux, n’est pas votre famille, pas vous, pas les relations sociales entre les groupes de gens. Leurs soucis principal est que le gouvernement leur verse leurs salaires.
Quel serait le fruit de ces emplois sociaux ?
Ça n’a pas vraiment d’importance, ils peuvent développer toutes sortes de concepts qu’ils démontrent au gouvernement et les gens qu’ils sont utiles, ok, donc détourner les liens sociaux.

La structure du pouvoir :

Ok les organes administratifs traditionnaux, qui sont traditionnellement élus par les gens en général, ou désignés par des leaders élus parmi la société, sont activement substitués par des organes artificiels.
Des organes constitués d’individus, de groupes d’individus que personne n’a élu ! Jamais !
Par conséquent la plupart des gens ne les apprécient pas du tout, mais voilà ils existent ! Un de ces groupes sont les médias. Qui les a élu !?
Comment se fait-il qu’ils aient autant de pouvoir !?
Quasiment un pouvoir monopolistique sur vos esprits, ils peuvent violer votre esprit !

Une personne « démoralisée » n’est plus en mesure de prendre en compte la réalité des faits. Les faits, le réel, cela ne l’atteint plus. Même si je la bombardais d’information, de preuves authentiques, de documents, de photos, même si je l’emmenais de force en URSS pour lui montrer les camps de concentration, elle refuserait de le croire, jusqu’à ce qu’il reçoive un bon coup de pied au derrière. C’est seulement quand la botte militaire s’abattra qu’alors il comprendra. Mais pas avant. C’est ça le tragique de la démoralisation.

Phase n°2 : La déstabilisation

L’étape suivante est la déstabilisation : dans ce cas, les révolutionnaires ne se soucient plus de vos idées ou de votre façon de vivre. Tout ça ne compte plus.
Cela ne prend seulement 2 à 5 ans pour déstabiliser un pays,  et ce qui compte, ce sont les fondamentaux : économie, relations étrangères, défense.
Et l’on peut voir clairement que, dans certains domaines, dans des domaines aussi sensibles que la défense ou l’économie, l’influence des idées marxistes-léninistes est absolument prodigieuse. Je n’en croyais pas mes yeux, il y a 14 ans, quand je suis arrivé ici, je ne pensais pas que le processus irait aussi vite.

Noir contre blanc, jaune contre vert, où s’oriente la vision directrice n’a aucune importance, assez longtemps pour que ces groupes aboutissent à des conflits antagonistes, parfois de façon milicienne, parfois même avec des armes à feu. Ceci est le processus de la déstabilisation.
Les dormants qui sont des larbins de ceux qui simplement sont des agents du KGB, deviennent les moteurs du processus de déstabilisation.
Cela ne signifie pas que le camarade Andropov mandate le camarade « Ivanov » pour agir aux USA, la personne en charge est déjà là ! Il est une figure respectée aux USA, parfois il perçoit des fonds de diverses fondations, pour sa lutte légitime, pour que sais-je ? Droits de l’homme, droits des femmes, libération des enfants, des prisons, quoi que ce soit. Il y a de grands sympatisants américains qui lui font des dons d’argents

Phase n°3: L’insurrection (crise)

Généralement le processus de déstabilisation aboutit directement au processus de crise.
Regardant les pays en développement, le domaine dans lequel j’étais actif, le processus débute lorsque les organes légitimes de pouvoir, la structure sociale, s’effondrent, ils ne peuvent plus remplir leurs missions. Donc à leurs places nous avons des organes artificiels introduits dans la société, comme des commités non élus.

Rappelez-vous je vous en ai parlé ici (Démoralisation) Travailleurs sociaux, lesquels ne sont pas élus, mis en avant par les médias, ces derniers s’étant autoproclamés maître de votre opinion.
Des groupes étranges clamant qu’ils savent comment faire progresser la société. Généralement ils en sont incapables, ce qui les importent est de leurrer la nation pour lui vendre leur soupe idéologique, un mélange de religion et d’idéologie.

Ici (Cise), nous avons tout ces organes artificiels qui revendiquent le pouvoir.
« Crise » signifie que la société ne peut plus productivement fonctionner, évidemment c’est le terme pour désigner une crise. Par conséquent, la population dans son ensemble est à la recherche d’un sauveur.
Les croyants attendent l’arrivée du messie, les travailleurs sont soucieux de pouvoir nourrir leurs familles.
« Installons un solide gouvernement ! Pourquoi pas un gouvernement socialiste ? Centralisé, qui lorsque les grèves perdurent puisse nous préserver de toutes pertes, nous avons besoins d’un homme fort ! » Un solide gouvernement, un leader, un sauveur est nécessité, la population est déjà fatiguée et exaspérée.

Phase n°4: La normalisation

À ce stade (veille de la normalisation) les maîtres auto-proclamés de la société n’ont plus besoin d’une révolution ni de radicalisme. Donc ceci est l’inverse d’une déstabilisation. Cela stabilise simplement le pays par la force !
Tout les dormants, les activistes, les travailleurs sociaux et les libéraux, et les homosexuels, les professeurs, et les marxistes et léninistes sont éliminés, physiquement parfois. Ils ont déjà fait leur travail, ok ?
Ils ne sont plus utiles. Les nouveaux maîtres nécessitent la stabilité, pour exploiter la nation, pour exploiter le pays, pour récolter les fruits de la victoire. Donc plus de révolutionnaires SVP ! ok ?

La normalisation est une expression d’un grand cynisme, issue de la propagande soviétique. Quand les chars ont envahi la Tchécoslovaquie en 1968, Brejnev a déclaré : « Maintenant, la situation en Tchécoslovaquie est normalisée« .
Et c’est ce qui arrivera aux États-Unis si vous laissez tous ces abrutis amener le pays à la crise, si vous les laissez promettre aux gens monts-et-merveilles et le « paradis sur terre », si vous les laissez déstabiliser votre économie, éliminer l’économie de libre-échange, et mettre un gouvernement « Big-Brother » à Washington.
Il donnera l’illusion d’avoir les choses bien en main et qu’il contrôle la situation. Mais la situation n’est PAS sous contrôle. Elle est même épouvantablement hors de tout contrôle.
La plupart des politiciens américains, la plupart des médias, et le système éducatif, forment une génération de gens qui croient vivre une période de paix. C’est faux.
Les États-Unis sont en guerre. Une guerre non déclarée et totale, contre les principes et les fondements même de ce système.

Et que faire alors ? Que recommandez-vous aux Américains ?

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est qu’il faut un effort national de grande ampleur pour éduquer les gens dans le sens des valeurs patriotiques, et ensuite expliquer le réel danger du système socialiste, communiste, quel que soit son nom, le danger de « l’état providence », du système « Big Brother ».


Mise à jour à 9h45 pour approfondir…


Vidéos (en français) sur Yuri Bezmenov

La vidéo ci-dessus est un résumé des 2 vidéos suivantes. Chacune durant plus d’une heure.

La tromperie était mon métier – Yuri Bezmenov (KGB)

La subversion idéologique – Yuri Bezmenov (KGB)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *