TABLETTE XIV

Écoutes moi bien, ô homme, nous allons plonger au cœur d’une grande sagesse qui s’est perdue depuis l’époque des Gardiens et que les hommes ont oublié à travers les âges.

Saches tout d’abord que cette terre est avant tout une porte inter-dimensionnelle, gardée par des pouvoirs inconnus des hommes. Le Seigneur ténébreux en garde l’entrée qui mène sur une terre céleste.

Il sait que la voie qui mène vers la sphère de ARULU est gardée par des barrières qui ne peuvent être ouvertes que par l’homme qui vient de la LUMIÈRE. Sur cette terre, je suis le dépositaire des clefs qui ouvrent les portes de la Terre sacrée.

J’ai reçu l’ordre des grands pouvoirs au-dessus de moi de laisser ces clefs disponibles pour l’homme qui cherche.

Avant mon départ je veux te donner les secrets qui te permettront de te libérer de la servitude des ténèbres et des chaînes de la chair pour t’élever de l’obscurité vers la Lumière.

Sache que l’âme doit être nettoyé de toutes ses obscurités avant d’entrer dans le portail de la Lumière.

C’est pourquoi j’ai mis en place les mystères afin que ces secrets puissent être découverts. Même si l’homme sombre dans l’obscurité il pourra toujours se fier à la Lumière comme guide.

Cachés dans l’obscurité, voilés par des symboles, il sera toujours possible de trouver la voie qui conduit au portail de la lumière.

Dans l’avenir l’homme va nier les mystères mais le chercheur authentique saura toujours trouver la voie.

Maintenant je te demande de garder précieusement mes secrets et de les transmettre seulement à ceux que tu auras mis à l’épreuve. Ceci afin que la voie juste ne soit jamais corrompue et que le pouvoir de la Vérité puisse prévaloir à jamais.

Écoutes moi bien attentivement maintenant je vais te découvrir le Mystère. Sois attentif aux symboles des mystères que je te donne. Fonde une religion parce que ce n’est qu’ainsi que l’essence de ces mystères pourra survivre.

L’âme qui quitte cette terre parcours deux régions entre cette vie et la vie divine. La DOUAT où se trouvent les pouvoirs de l’illusion et SEKHET HETSPET le royaume des Dieux.

OSIRIS est le symbole du gardien du portique. C’est lui qui repousse les âmes des hommes sans mérite.

Au-delà se trouve ARULU, la sphère de ceux qui sont nés du ciel. La terre des Grands êtres. Lorsque mon travail parmi les hommes sera terminé j’irai les rejoindre dans ma maison ancestrale.

Il y a SEPT maisons dans le royaume des puissants et TROIS gardes devant le portail de chacune de ces maisons. Il y a QUINZE voies pour atteindre la DUAT.

Les maisons des Seigneurs de l’Illusion sont au nombre de DOUZE. Chacune est différente et pointe dans l’une des quatre directions.

Les grands pouvoirs qui jugent le Mort qui recherche l’entrée sont au nombre de QUARANTE DEUX.

Les Fils d’Horus sont QUATRE. Il y a deux gardiens de l’est et de l’ouest. ISIS est la mère qui intercède pour ses enfants, c’est la Reine de la lune qui reflète le Soleil.

BA est l’essence qui vit pour toujours. KA est l’ombre que l’ombre que l’homme appelle la vie. BA ne vient pas tant que KA ne s’est pas incarné.

Voilà les mystères qu’il faut préserver à travers les âges. Ce sont les clefs de la vie et de la Mort.

Écoutes maintenant le mystère des mystères ; découvre le cercle qui n’a ni commencement ni fin, la forme de celui qui est UN ET LE TOUT.

Écoute et comprend, va et applique-le, ainsi tu voyageras sur ma voie.

Mystère de tous les mystères le Grand secret que je vais te révéler est pourtant clair pour celui qui est né de la lumière.

Je vais déclarer un secret d’initié qui restera incompréhensible pour le profane. TROIS est le mystère qui provient de l’UN. Écoute et la lumière va descendre sur toi. Dans l’ancien des origines se trouvent trois unités en dehors desquelles rien ne peut exister.

Ces trois sont l’équilibre, la source de la création. Un Dieu, une vérité, un point de liberté.

Le trois provient du trois de l’équilibre : toute la vie, toute la mansuétude, tout le pouvoir.

Les attributs de Dieu dans sa maison de Lumière sont trois : pouvoir infini, sagesse infinie, amour infini.

Il y a trois pouvoirs qui sont donnés aux maîtres : transmuter le mal, favoriser le bien, et faire preuve de discrimination.

Dieu réalise trois choses inévitables : manifester le pouvoir, la sagesse, et l’amour.

À ces trois choses se rattachent trois pouvoirs qui créent toutes choses :
l’Amour divin possède la connaissance parfaite ; la Sagesse Divine connaît tous les moyens possibles ; et le Pouvoir Divin est acquis par la volonté commune de l’Amour Divin et de la Sagesse.

L’existence comporte trois cercles : Le cercle de la Lumière où réside Dieu et que lui seul peut traverser ; le cercle du Chaos où toutes les choses de la nature émergent de la mort ; le Cercle de la conscience où toutes les choses proviennent de la vie.

Toutes les choses animées ont trois stades d’existence : le chaos ou la mort, la liberté humaine ou la félicité du Ciel.

Les choses sont régit par trois nécessités : le commencement dans l’Abysse, le Cercle du chaos, et la plénitude du Ciel.

L’âme a trois voies : L’homme, la Liberté, et la Lumière.

Il y a trois obstacles : le manque de volonté à obtenir le savoir ; le non-attachement à Dieu ; l’attachement au mal.

Les trois se manifestent dans l’homme. Les Rois de ces pouvoirs intérieurs sont trois. Dans le corps de l’homme il y a trois chambres de mystères qui sont connues et inconnues.

Et maintenant écoute celui qui est libéré et qui surpasse les servitudes de la vie pour aller vers la lumière.

Sachant que la source de tous les mots doit s’ouvrir. Oui, même les portes d’Arulu ne pourront rester fermées. Et pourtant fait attention Ô homme qui veut entrer au Ciel. Si tu n’as pas le mérite requis il serait préférable que tu tombes dans le feu.

Sache que les Célestes passent à travers la flamme pure. A chaque révolution des cieux ils se baignent dans la fontaine de Lumière.

Écoute bien ce mystère Ô homme : Il y a longtemps, bien avant la naissance de l’homme, j’ai habité l’antique Atlantide. C’est là que dans le Temple j’ai bu à la sagesse qui m’était versé comme une fontaine de Lumière par le gardien.

J’ai obtenu les clefs pour réaliser mon ascension dans la lumière de ce Grand Monde où je me suis présenté devant le Saint des saints qui siège dans la fleur de feu et qui est voilé par les éclairs de l’obscurité pour éviter que mon âme soit mise en éclat par sa Gloire.

Aux pieds de son trône de diamant il y avait quatre rivières de flammes qui se déversaient vers les mondes des hommes à travers les nuages.

La salle du trône était remplie des Esprits du ciel. Ce palais des étoiles était vraiment une merveille. Au-dessus du ciel, comme un arc en ciel de feu et de soleil les Esprits étaient formés pour chanter la gloire du Saint UN.

C’est alors que du milieu du feu une voix céleste se fit entendre :

“Contemple la gloire de la Cause première.”

J’ai vu cette Lumière qui se tient au-dessus de toute obscurité et qui reflète mon propre être. J’étais parvenu devant le Dieu des dieux, l’Esprit Soleil, le Souverain qui règne sur les étoiles des sphères. La voix se fit à nouveau entendre :

“Il y a l’Un, le premier, qui n’a ni commencement ni fin, qui a créé toutes choses, qui gouverne tout, qui est bon, qui est juste, qui illumine et qui supporte.”

C’est alors qu’une lumière intense se répandit du trône pour encercler et élever mon âme grâce à son pouvoir.

C’est alors que je me suis déplacé rapidement à travers les cieux pour découvrir les mystères des mystères, pour voir le cœur du cosmos et pour finalement être transporté sur la terre d’Arulu et comparaître devant les Seigneurs dans leur maison céleste.

Ils ouvrirent les portes pour que je puisse contempler le chaos primordial. Mon âme frissonna devant cette vision d’horreur et je me retirai de cet océan d’obscurité.

Je compris la nécessité de cette barrière entre les deux mondes et je compris pourquoi les Seigneurs d’Arulu l’avait mise en place. Seulement eux, dotés de cet équilibre infini avaient le pouvoir de bloquer la voie du chaos. Seulement eux pouvaient préserver la création de Dieu.

C’est alors que je suis passé devant le cercle du huit pour rencontrer les âmes qui avaient conquis l’obscurité et voir la splendeur de la lumière où ils résidaient.

J’ai désiré prendre place dans le cercle mais j’ai aussi voulu poursuivre ma voie et choisir l’œuvre qui me convenait.

J’ai traversé les chambres d’Arulu pour revenir sur Terre où mon corps repose. Je me suis levé de mon repos et je me suis avancé devant le Gardien où j’ai fait le vœu de renoncer à tous mes droits jusqu’au moment où mon travail sur la terre serait complété, lorsque l’âge des ténèbres sera enfin terminé.

Alors, écoute moi bien, ô Homme.

La parole que je vais te confier contient l’essence de la vie.

Avant que je retourne dans les chambres de l’Amenti, je dois enseigner le Secret des secrets, de façon à ce que toi aussi tu puisses t’élever dans la Lumière.

Garde bien cette parole et cache ses symboles afin que le profane ne puisse en rire pour ensuite y renoncer.

Dans chaque pays, tu formeras les mystères afin que le chercheur authentique puisse travailler dure pour les découvrir et que le lâche et l’aventurier soient écartés.

C’est ainsi que les secrets seront dissimulés et préservés jusqu’au moment où la roue du temps aura tournée.

Mais sois rassuré, à travers l’âge des ténèbres, mon esprit attendra et veillera à partir du royaume caché.

Lorsque tu auras passé toutes les épreuves tu pourras m’appeler avec la Clef que je vais maintenant te donner.

Alors, moi l’Initiateur, je répondrai à ton appel et je viendrai du royaume des Dieux au plus profond de l’Amenti pour transmettre à l’initié les paroles de pouvoir.

Je te préviens, ne me présente pas quelqu’un qui manque de sagesse, dont le cœur est impure ou dont la volonté est faible.

Si c’est le cas, je te retirerai le pouvoir de m’appeler des profondeurs où je sommeille.

Va et conquiert l’élément ténébreux. Exalte en toi la quintessence de la lumière. Va et appelle tes frères afin que je puisse rependre la sagesse de ma lumière pour éclairer leur voie lorsque je serai parti.

Viens dans la chambre, sous le temple. Assures-toi de jeûner durant trois jours. Alors je te donnerai la quintessence de ma sagesse et ton pouvoir brillera parmi les hommes.

Je te donnerai les secrets qui te permettront de montrer dans les cieux et qui feront de toi un homme dieu dans ton essence.
Va maintenant afin que je puisse invoquer ceux que tu connais et qui pourtant ne connaissent pas.

 


TABLETTE VIII : LA CLEF DES MYSTÈRES

Homme, je t’ai donné mon savoir et ma lumière. Maintenant sois attentif et reçoit ma sagesse qui provient des dimensions de l’au-delà. Sache que je me suis libéré de toutes les dimensions et de tous les plans de l’existence.

Dans chacun d’entre-eux je dispose d’un corps, dans chacun d’entre-eux je peux changer de forme à ma guise. Mais je sais que le sans-forme précède la forme.

Voici la sagesse du SEPT. Ils sont puissants ceux qui viennent de l’au-delà. Ils se manifestent grâce à leurs pouvoirs qui sont alimentés par la force de l’au-delà. Écoute la voix de la sagesse et fais-la tienne.

Découvre le SANS-FORME et vois qu’il s’agit de la clé de l’au-delà.

Le mystère est un savoir caché qu’il faut connaître et dévoiler. Découvre avec moi cette sagesse enfouie et deviens le maître des ténèbres et de la lumière.

Il y a de nombreux mystères autour de toi où se dissimulent des secrets profonds et anciens. Utilise les clés de ma sagesse pour en découvrir la voie.

Le chemin du pouvoir est gardé secret mais celui qui cherche recevra ce qu’il demande. Regarde la lumière ! Ô mon frère. Ouvre-toi et tu recevras ce que tu veux. Mais auparavant, empresse-toi de traverser la vallée de ténèbres pour vaincre le gardien de la nuit.

Garde toujours tes yeux tournés vers la DIMENSION DE LUMIÈRE et tu seras UN avec la LUMIÈRE.

L’homme est actuellement dans un processus de changement et de mutation vers des formes qui ne sont pas de ce monde. Il se dirige vers le SANS-FORME dans une dimension au-delà.

SACHES QUE TU DOIS TOUT D’ABORD DEVENIR «SANS FORME» SI TU VEUX DEVENIR UN AVEC LA LUMIÈRE.

Écoute-moi, Ô homme, ma voix t’indique ici le sentier qui mène à la lumière, la voie qui te permettra de devenir UN AVEC LA LUMIÈRE. Apprend que la Loi cosmique qui maintient les étoiles en équilibre provient de la nuée primordiale.

Cherche dans les mystères qui se cachent dans le cœur de la terre. Recherche la flamme qui anime la vie terrestre. Baigne-toi dans l’éclat de ce feu. Reste sur le sentier à trois coins jusqu’au moment où tu deviendras flamme.

Adresse les paroles sans voix à ceux qui habitent le royaume d’en-dessous. Entre dans le temple de la flamme bleue et baigne-toi dans le feu de la vie.

Sache, Ô homme, que tu es un être de terre et de feu. Laisse ta flamme briller dans tous ses éclats. Deviens le feu.

La sagesse est cachée dans l’obscurité de ta terre. Enfant de la lumière voici ma sagesse, lorsque la flamme de ton âme est allumée te voilà devenu un glorieux Soleil de lumière sans forme. Garde toujours ma sagesse qui se trouve dans le cœur de cette flamme.

Sache que c’est seulement par la persévérance que la Lumière se déversera dans ton cerveau. Maintenant que je t’ai donné ma sagesse, écoute ma voix et obéit. Le voile des ténèbres se déchire et laisse apparaître une lumière qui t’indique le chemin.

Et maintenant je vais te parler de l’ancienne Atlantide, je vais te parler du Royaume des ombres et de la venue des enfants de l’ombre.

Ce fut un jour sombre lorsque les hommes voulurent plus de pouvoir et invoquèrent ceux qui viennent de l’abysse.

Dans une très lointaine époque avant l’Atlantide, il y avait des hommes qui exploraient les ténèbres et qui utilisèrent la magie noire pour invoquer des êtres qui habitent dans les grandes profondeurs que nous avons en-dessous.

À cause de ces invocations, ces êtres parvinrent à la surface et arrivèrent dans cette époque. Auparavant ils étaient des entités sans forme qui vibraient à un niveau invisible pour les hommes.

C’est grâce au sang des hommes et à travers eux qu’ils purent arriver dans notre monde.

C’est alors que vinrent des maîtres habiles qui réussirent à les refouler dans leur royaume obscur. Mais certaines de ces entités réussirent à se cacher dans des espaces et des dimensions inconnus des hommes.

Elles vécurent à l’époque de l’Atlantide sous la forme d’ombres qui de temps en temps apparaissaient aux hommes.

Elles purent s’installer parmi les hommes à cause de sacrifices humains où le sang était répandu.

Elles purent prendre la forme des hommes mais seulement en apparence. Lorsque leur déguisement était enlevé elles avaient des têtes de serpent.

Elles réussirent à s’infiltrer dans les lieux de rassemblement des hommes en prenant leur forme. Par la suite elles réussirent à exterminer les chefs des royaumes, à prendre leur forme et à dominer le peuple.

A partir du royaume des ombres elles voulaient détruire les hommes et prendre leur place.

Leur stratagème était très habile, seule la magie pouvait les démasquer. Certaines invocations sonores permettaient de voir leur vrai visage. Mais heureusement il y avait de grands Mages capables de neutraliser le voile qui masquait leur face de serpent et de les refouler dans leur domaine.

Ces maîtres enseignèrent à l’homme les mots et les incantations que seuls les hommes pouvaient prononcer. C’est ainsi qu’ils purent démasquer les serpents et les éloigner des hommes.

Mais soyez vigilants, les serpents sont toujours vivants, à certaines époques une porte peut s’ouvrir dans la dimension où ils habitent. Invisibles, ils peuvent se déplacer dans certains lieux où des rituels ont été accomplis et si les temps sont propices ils pourront prendre la forme de l’homme.

Ils peuvent être invoqués par le maître qui connaît le blanc et le noir, mais seul le maître blanc peut les contrôler et les déjouer lorsqu’ils habitent un corps. C’est pourquoi je te conjure d’éviter le royaume des ombres, sinon le mal va sûrement apparaître.

Sache, ô mon frère que la peur est un très grand obstacle. Seul le maître de la clarté et de l’amour peut conquérir l’ombre de la peur. Affirme-toi comme le maître de la clarté et l’ombre s’évanouira aussitôt.

Écoute et fais attention à ma sagesse ; la voix de la LUMIÈRE EST CLAIRE. Ne recherche pas la vallée des ombres et seule la lumière sera présente.

Écoute la profondeur de ma sagesse, ô homme, moi qui te parle d’un savoir caché aux hommes. J’ai voyagé très loin à travers l’ESPACE-TEMPS, jusqu’à la limite de l’espace de cette époque où j’ai trouvé une grande barrière qui empêche l’homme de quitter cette époque.

J’ai vu les Cerbères qui gardent cette barrière et qui attendent ceux qui veulent passer. Dans cette dimension où le temps n’existe pas, j’ai ressenti ces gardiens de notre époque.

Sache, ô homme, que l’Âme qui ose passer la Barrière peut être retenue par les Cerbères qui se cachent au-delà du temps jusqu’au moment où les temps seront accomplis. Lorsque la conscience s’en ira il restera en arrière.

Ces gardiens se déplacent toujours selon des lignes et des angles. Ils ne sont pas capables de se mouvoir dans des dimensions courbes.

Ils sont étranges et terribles ces gardiens de la Barrière. Ils peuvent traquer la conscience jusqu’aux limites de l’espace.

Ils peuvent te suivre jusque dans ton corps et poursuivre ton âme grâce à des angles et des droites.

C’est pourquoi seul le cercle te donnera la protection et te sauvera des griffes des GARDIENS DES ANGLES.

Il y a longtemps je me suis approché de la grande Barrière et sur des rivages où le temps n’existe pas, j’ai vu la forme sans forme des Cerbères de la Barrière.

Dissimulés dans le brouillard au-delà du temps ils m’ont immédiatement sentis et se sont mis à ma poursuite afin d’engloutir mon âme en lançant leurs cris semblables à une cloche qui peut être entendue d’une dimension à l’autre.

Je me suis alors enfuis pour revenir de la fin des temps mais ils m’ont poursuivis en se déplaçant selon des angles étranges et inconnus des hommes. J’ai volé en cercle pour revenir dans mon corps suivi de près par les dévoreurs qui se déplaçaient sur des lignes droites et des angles pour prendre mon âme.

Je suis revenu dans mon corps en faisant des cercles sans aucun angle. J’ai constitué une forme parfaite et ferme comme une sphère où j’ai protéger mon corps pendant que mes poursuivants se perdaient dans les cercles du temps.

C’est pourquoi, même lorsque je me déplace en dehors de mon corps, je fais toujours attention à ne pas me déplacer selon des angles, sinon mon âme pourrait ne jamais être libre.

Rappelle-toi que les Cerbères de la Barrière se déplacent toujours à l’angle et jamais dans les courbes de l’espace. En te déplaçant dans des mouvements circulaires tu pourras leur échapper puisqu’ils te poursuivront dans des angles.

Écoute mon avertissement ô homme, ne laisse pas la porte de l’au-delà ouverte. Rares sont ceux qui ont réussis à traverser la barrière pour atteindre la grande LUMIÈRE qui brille au-delà. Les gardiens recherchent ces âmes afin de les asservir.

Ne te déplace pas à l’angle mais toujours en suivant des courbes. Si tu entends un son semblable à des aboiements des chiens de chasse qui retentissent comme un cloche à travers ton être alors reviens vite à ton corps en te déplaçant en cercle et ne retourne pas dans le brouillard.

Lorsque tu es revenus dans ta forme habituelle utilise la croix et le cercle pour te protéger. Ouvre grand ta bouche et utilise la VOIX.

Prononce le MOT et tu seras libre.

Seul celui qui détiens la grande LUMIÈRE peut espérer traverser la Grande Barrière et échapper aux Cerbères.

Seul l’illuminé peut se déplacer selon des courbes étranges et selon des angles qui vont dans des directions inconnus des hommes.

Écoute moi bien, ô homme, avant de passer la Barrière et échapper aux gardiens il faut tout d’abord que tu intensifies ta lumière et que tu te rendes capable de traverser l’épreuve.

La LUMIÈRE est la fin ultime, ô mon frère, recherche et trouve cette lumière sur la VOIE.

 


TABLETTE V : L’HABITANT DE UNAL

J’ai souvent rêvé de l’Atlantide qui fut ensevelie dans la nuit des temps et qui durant des millénaires éclaira l’obscurité de tous ses feux. C’est là que vécu HORLET le Seigneur qui régna sur la Terre de toutes les créatures grâce à son pouvoir fabuleux.

De son temple le maître de UNAL était le Rois des nations, le Sage parmi les sages, la Lumière de SUNTAL, le Gardien de la voie et la Lumière de la Terre durant l’époque de l’Atlantide. Le maître HORLET provenait d’un autre plan. Bien qu’il se soit incarné dans un corps d’homme il les dépassait tous par son savoir. Il fut le Soleil de son époque.

Détenteur de la Sagesse universelle, il enseigna aux hommes la voie de la Lumière et de la réalisation. Il maîtrisa l’obscurité et conduisit l’âme des hommes vers des sommets qui étaient Un avec la lumière.

Avec le pouvoir de YTOLAN il savait condenser l’ETHER pour constituer une substance palpable qui prenait la forme qu’il concevait avec son esprit.

D’une couleur noire sans être noire, obscure comme l’espace-temps, cette substance était L’ESSENCE DE LA LUMIÈRE.

Il divisa la Terre en dix royaumes qu’il confia au gouvernement des hommes et dans le onzième l’habitant de UNAL construisit un temple fabuleux grâce au pouvoir de son Logos qui moulait et formait l’Ether selon son vouloir. Espace après espace, ce temple se mit à grandir et s’étendit sur une superficie de plusieurs lieux jusqu’à couvrir l’île de ses splendeurs.

 


TABLETTE IV : LE NATIF DE L’ESPACE

Homme, écoute la voix de la Sagesse que j’ai amassée depuis le début du temps et de l’espace à l’origine de ce cycle cosmique.

Moi THOTH, l’enseignant des hommes, je suis de Tout ce qui est ; le Maître des mystères, le Soleil du matin, l’enfant de la Lumière qui brille de tout son éclat.

Il y a longtemps durant mon enfance dans la fabuleuse Atlantide, je contemplais les étoiles en rêvant de mystères qui dépassent les hommes. C’est alors que dans mon cœur grandit le désir de conquérir le sentier qui mène aux étoiles.

Durant des années j’ai cherché de nouvelles connaissances en suivant la voie de la Sagesse jusqu’au moment où mon âme s’est enfin libérée de ses entraves pour s’envoler. J’étais enfin libre des limites des hommes de la terre. Affranchi de mon corps j’ai bondi dans la nuit. L’espace des étoiles venait enfin de s’ouvrir. J’étais libre des entraves de la nuit.

J’ai parcouru l’espace sans fin, bien au-delà des connaissances et des limites des hommes. Loin dans l’espace, mon âme a voyagé librement dans le cercle infini de la lumière. J’ai vu de gigantesques planètes et des mondes étranges qui dépassent les rêves des hommes. J’ai découvert que la grande Loi, dans toute sa beauté, est la même là-bas qu’ici parmi les hommes. Emporté par les scintillements de mon âme à travers la beauté infinie, j’ai voyagé avec mes pensées à travers l’espace.

Je me suis reposé sur une planète de beauté où l’harmonie palpitait dans l’air. Il y avait là des formes qui se déplaçaient dans un ordre parfait, grandes et majestueuses comme des étoiles dans la nuit. Elles s’harmonisaient dans un équilibre ordonné, symboles de la Loi cosmique.

Nombreuses sont les étoiles que j’ai croisées durant mon voyage, nombreux les mondes habités par d’étranges races d’hommes ; certains sont aussi évolués que les étoiles du matin, d’autres écrasés par la torpeur de la nuit. Tous et chacun persévèrent vers le haut, appréciant les sommets conquis et colmatant les brèches, parfois dans la clarté parfois dans l’obscurité, ils travaillent à augmenter la lumière.

Homme, la lumière est ton héritage. Sache que l’obscurité n’est qu’un voile. Scellée dans ton cœur se trouve la clarté éternelle qui attend l’occasion pour conquérir un peu plus de liberté et pour enlever le voile de la nuit.

J’ai aussi rencontré des êtres qui ont conquis l’Ether et qui se sont affranchis de l’espace tout en demeurant des hommes. Loin dans l’espace, en utilisant la force qui est la fondation de toutes choses, ils ont constitué une planète. Là, grâce à cette force qui baigne toute la création ils savent condenser et précipiter l’Ether dans des formes qui se développent selon leur vouloir. Fabuleux par leur science, grands par leur sagesse, voilà les enfants des étoiles. Longtemps je me suis arrêté pour contempler leur sagesse et je les ai vu construire de gigantesques cités d’or et de rose à partir de l’Ether.

Formé à partir de l’élément primordial, base de toute matière, l’Ether est la quintessence universelle. Les enfants des étoiles savent constituer une image dans leur esprit pour qu’aussitôt l’Ether se condense et se matérialise dans la forme choisie et commencer à grandir. C’est dans un lointain passé qu’ils ont conquis l’Ether et qu’ils se sont libérés de la servitude du travail.

Dans ce voyage de mon âme à travers le Cosmos j’ai vu d’anciennes et de nouvelles choses pour apprendre que l’homme est aussi un enfant de l’espace, un Soleil du Soleil, un enfant des étoiles.

Sache que partout où il se trouve l’homme est un avec les étoiles. Leur corps ne sont rien d’autres que des planètes qui tournent autour du soleil central.

Regarde le Soleil, regarde la terre et voit que tout cela est un tout. La terre est du Soleil inversé. Quand tu prend conscience de ta lumière tu t’installes sur le soleil, tu es le soleil qui contemple sa création.

Lorsque tu t’installes dans la lumière de la sagesse, tu deviens libre de briller dans l’Ether – tu es un des Soleils qui brillent dans l’obscurité, un des enfants de l’espace qui grandissent dans la lumière. Un frère de la constellation des étoiles.

Tout comme les étoiles perdent de leur éclat en allant vers le matin, l’âme avance sans cesse en laissant derrière elle l’obscurité de la nuit pour fusionner dans la lumière. Comme les étoiles l’âme se forme à partir de l’Ether primordial et se remplit de la clarté qui coule de la source. Elle fusionne avec l’Ether qui l’encercle et qui l’enflamme jusqu’au moment de sa libération.

Élève ta flamme AU-DESSUS DES TÉNÈBRES QU’EST L’ÉTHER et envole-toi de la nuit pour trouver ta liberté.

C’est ainsi que j’ai voyagé dans l’espace-temps, en sachant que mon âme était enfin libre, en sachant que je pouvais maintenant grandir en sagesse. Jusqu’au moment où je suis enfin passé dans un plan au-delà du savoir et de la sagesse, au-delà de tout ce qui est imaginable. Et là, homme, mon âme fut inondée de joie en découvrant que j’étais enfin libre.

Écoutes, enfant de l’espace, écoutes ma sagesse, saches que toi aussi tu seras libre. Écoutes encore, Homme, sois attentif à ma sagesse, écoute ma voix qui te dis que toi aussi tu peux vivre et être libre. Nous ne sommes pas de la terre, mais des enfants de l’infinie lumière cosmique.

Ne vois-tu pas, Ô homme, quel est ton héritage ? Ne vois-tu pas que tu es lumière véritable ? Soleil du Grand Soleil tu seras. Lorsque tu auras acquis la Sagesse tu deviendras conscient de ton appartenance à la lumière.

Je te donne maintenant mon savoir et la liberté de marcher sur le sentier que je t’ai ouvert grâce à mes efforts et qui te conduira vers les étoiles.

Sois attentif, Ô homme, prend conscience de ton asservissement et découvre comment te libérer de tes durs labeurs. Tu émergeras enfin de l’obscurité, un avec la lumière, un avec les étoiles.

Sache que c’est seulement en restant sur les sentiers de la sagesse que tu pourras t’élever du royaume inférieur. La destinée de l’homme le ramène toujours dans les courbes du Tout infini.

Sache, Ô homme, que l’ordre est partout dans l’espace. Ne cherche pas à l’obtenir de force car il est déjà présent, il n’y a qu’à le laisser être. C’est seulement en te conformant à l’ordre que tu deviens Un avec le Tout. L’ordre et l’équilibre sont les lois du Cosmos. Suis-les et tu deviendras Un avec le Tout.

Celui qui veut suivre la voie de la Sagesse doit s’ouvrir à la fleur de vie et laisser sa conscience sortir de l’obscurité pour s’envoler dans l’espace et le temps du Grand Tout.

LE SILENCE

Tu dois tout d’abord te maintenir dans le silence jusqu’au point où tu te libéreras de tes désirs et de ton envie de parler dans le pur silence. Tu te libéreras de l’asservissement des mots en faisant la conquête du silence.

LE JEUNE

Tu dois aussi t’abstenir de manger jusqu’au moment où tu auras vaincu le désir des aliments, qui sont les liens qui enserrent l’âme.

LA NOIRCEUR

Allonge-toi ensuite dans l’obscurité. Ferme tes yeux à la lumière et concentre la force de ton âme dans le centre de ta conscience, afin de la libérer des attaches de la nuit.

VISUALISE ET SOIS ÉNERGIQUE

Places dans ton esprit l’image de ce que tu désires. Visualise l’endroit que tu souhaites voir et laisse-toi porter par ton pouvoir pour libérer ton âme de sa nuit. Utilise toute ta force pour l’ébranler afin qu’elle se libère.

La flamme cosmique est d’une puissance qui dépasse les mots. Elle traverse tous les plans inconnus des hommes, redoutable et équilibré, elle se déplace en ordre et en harmonie avec la musique qui dépasse l’homme. La flamme du Tout éternel s’exprime avec la musique et chante avec la couleur.

Toi aussi tu es une étincelle de cette flamme Ô mon enfant, toi aussi tu brûles avec la couleur et tu vis avec la musique. Écoute la voix et tu seras libre.

La conscience libérée fusionne avec le cosmos où elle devient Une avec l’Ordre et s’aligne avec le Tout.

Ne vois-tu pas que de l’obscurité la lumière doit jaillir et que sa flamme doit bondir toujours en avant. Vois ici le symbole du Tout.

Récites cette prière pour atteindre la sagesse. Prie pour qu’advienne la lumière du Tout.

“Redoutable ESPRIT de LUMIÈRE qui brille à travers le Cosmos, accorde ma flamme avec la tienne. Aimant du feu qui est Un avec le Tout, élève mon feu au-dessus de l’obscurité. Toi le redoutable et puissant, soulève mon âme. Enfant de la lumière, ne t’éloigne pas de moi. Attire à moi le pouvoir de me reposer dans ta fournaise ardente ; Un avec Tout et Tout avec Un, feu qui anime ma vie et qui est Un avec le Cerveau.”

Lorsque ton âme sera enfin libérée de ses liens l’obscurité s’éloignera de toi. Libéré des chaînes qui t’attachent à la chair, tu peux maintenant poursuivre ta quête sans fin de sagesse à travers l’espace infini. Avance et monte vers les royaumes de lumière ; dans le soleil du matin tu scintilles librement Ô âme.

Enfant de la lumière tu es le mouvement de la liberté qui avance dans l’ordre et l’harmonie. Recherche et garde ma Clef de Sagesse. Alors tu seras enfin libre.

 


 

TABLETTE II : LA CHAMBRE DE L’AMENTI

La chambre de l’Amenti, chambre de la Vie et de la mort qui baigne dans le feu du Tout infini, repose dans le cœur profond de la terre, loin en-dessous du continent englouti d’Atlantide.

Il y a très longtemps, perdus dans l’espace-temps, les enfants de la lumière regardèrent le monde pour constater que les enfants des hommes étaient emprisonnés par une Force qui vient de l’au-delà. Ils savaient qu’ils pourraient s’élever de la terre au Soleil s’ils parvenaient à se libérer de l’emprise de ce pouvoir obscur. Pour les aider ils s’incarnèrent dans des corps qui ressemblaient à ceux des hommes.

Les maîtres dirent : « Nous sommes formés de la poussière de l’espace et nous partageons la vie du Tout infini. Nous vivons comme les enfants des hommes et pourtant nous sommes différents d’eux.

Ils utilisèrent leur pouvoir pour ouvrir de grands espaces, très profondément au cœur de la croûte terrestre, isolés des enfants des hommes. Protégés par leurs pouvoirs et leurs forces c’est ainsi qu’ils se protégèrent de la Chambre de la mort.

Ils ouvrirent beaucoup d’autres espaces qu’ils inondèrent de la lumière d’en-haut et y apportèrent de nouvelles formes de vies. Ils construisirent les Chambres de l’Amenti pour se régénérer et vivre jusqu’à la fin éternelle.

Il y eut 32 enfants de la lumière qui s’incarnèrent parmi les hommes pour les libérer de l’emprise des forces de l’obscurité de l’au-delà.

Dans les profondeurs de la Chambre de la vie une fleur de lumière se mit à grandir et à prendre de la force pour repousser la nuit. Au cœur de cette fleur émanait un rayon d’un grand pouvoir qui donnait la vie, la lumière et le pouvoir à tous ceux qui s’en approchaient.

Autour de cette fleur, ils firent un cercle avec 32 trônes où les enfants de la lumière pouvaient s’immerger dans cette radiance et se remplir de la lumière éternelle.

Périodiquement, à chaque mille ans, ils trônent durant cent ans, avec leur premier corps de lumière afin qu’il puisse s’imprégner de l’Esprit de la Vie.
C’est là que depuis le fond des âges, inconnus des hommes, ils accélèrent et éveillent l’Esprit de la vie. Ils reposent dans les Chambres de la vie laissant leur âme rayonner et imprégner les corps des hommes. Inconnus des races humaines, près du feu froid de la vie, les enfants de la lumière siègent et vivent éternellement dans la Chambre de la vie.

D’une époque à l’autre, pendant que leur corps de lumière sommeille, ils s’incarnent dans le corps des hommes et leurs enseignent comment sortir de l’obscurité pour aller vers la lumière. C’est alors qu’ils s’éveillent et sortent des profondeurs pour devenir des lumières infinies parmi les mortels.

Il en est de même de celui qui s’élève progressivement de l’obscurité profonde de la terre intérieure et qui se propulse lui-même hors de la nuit. Il se libère des Chambres de l’Amenti pour éclore comme une fleur de lumière et avec sa sagesse il enseigne aux hommes à devenir des Maîtres de la vie et à se libérer de l’obscurité de la nuit.

Silencieux, étranges et redoutables, vêtus de leur pouvoir, différents et pourtant unis aux enfants des hommes, ces êtres attirent à eux la force de vie. UN AVEC LES ENFANTS DE LA LUMIÈRE ils observent les limites qui entourent les hommes et se tiennent disponibles pour les aider à s’en affranchir lorsque la lumière arrivera à point.

Au cœur de la flamme éternelle résident les sept seigneurs de l’espace-temps qui aident et guident les enfants des hommes dans le passage qui traverse le temps.

Au centre se trouve le neuf infini (9) qui prend la forme d’un cercle entier qui projette son bras selon son intention, c’est lui le Seigneur des seigneurs. Redoutable dans sa présence voilée il préside aux grands cycles cosmiques. Il surveille et mesure la progression des hommes.

Autour de LUI, siègent les six Seigneurs des cycles : trois, quatre, cinq, six, sept et huit. Eux aussi sont libres des contingences de l’espace et du temps. Chacun a sa mission et son pouvoir pour diriger et aider la destinée des hommes.
Ils ne sont pas de ce monde et pourtant ils sont les frères des hommes. Ils surveillent la progression de la lumière parmi les hommes et les soutiennent avec leur sagesse.

Durant mon périple au cœur de l’Amenti je fus conduit par le Gardien qui était UN avec le grand Un. Une voix profonde qui sortait de l’infini me dit :

« Te voici devant moi THOTH, celui qui parmi les enfants des hommes détiens le grand Art. Tu es Maître de la vie libéré dans les Chambres de l’Amenti. Tu es celui qui ne connaît pas la mort à moins de le vouloir, celui qui boit à la source de la vie jusqu’à la fin de l’éternité. Tu est CELUI QUI TIENS LA MORT AU BOUT DE SES MAINS.

Soleil des hommes tu te régénères dans les Chambres de l’Amenti où tu vas et tu viens selon ton désir.

Tu reprends vie dans la forme que tu désires, Ô fils de la lumière parmi les hommes. Tu choisis le travail qui te conviens et tu poursuis ton œuvre sans relâche sur le sentier de la lumière où tes pas te mènes toujours plus en avant vers la montage de la lumière. Cette montagne qui devient toujours plus haute à mesure que tu t’en approches tout comme le but devient plus grand à mesure que tu progresses.

Sans cesse tu t’approches de l’infini sagesse qui se cache dans le but. Ton passage dans les Chambres de l’Amenti te rend libre de marcher main dans la main avec les Seigneurs de ce monde et avec tous ceux qui apportent la lumière aux enfants des hommes. »

C’est alors qu’un des Maîtres se leva de son trône et me guida à travers les Chambres des terres profondes et secrètes de l’Amenti pour me dévoiler des mystères inconnus de l’homme. Il me conduisit dans le passage obscur jusqu’à la Chambre ou siège la Mort noire. Cette grande Chambre était vaste et, bien que dans l’obscurité absolue, elle était remplie d’une forme de lumière immanente.

Devant moi se dressait un grand trône d’obscurité sur lequel siégeait une figure voilée. Elle était plus noire que noire, d’une noirceur qui n’était pas celle de la nuit. Le Maître s’arrêta devant elle et de la voix qui donne la vie, il dit :

« Ô Maître de l’obscurité, berger qui montre la voie d’une vie à l’autre, JE TE PRÉSENTE UN SOLEIL DU MATIN.

Ne plonges pas sa lumière dans l’obscurité. Rends-le invulnérable au pouvoir de la nuit. Reconnais-le et acceptes-le comme un de nos frères qui se sont élevés de l’obscurité à la lumière. Laisses sa lumière s’épanouir librement dans la nuit, libères sa flamme de la servitude ».

À ces mots, la forme obscure étendit la main d’où s’éleva une flamme claire et brillante qui repoussa le rideau de l’obscurité et qui éclaira la Chambre. Tout l’espace s’embrasa comme si l’obscurité elle même était le combustible qui alimentait le feu. Des myriades de fleurs de feu éclataient en gerbes pour allumer encore plus d’étincelles qui se répandaient dans la nuit en projetant une lumière diffuse.

Entourée d’un voile d’obscurité qui lui servait de combustible éternel, ces étoiles de lumière brillaient sans qu’il soit possible de rassasier leur soif d’éclairer. Allant et venant comme des lucioles au printemps, elles remplissaient l’espace de Lumière et de Vie.

C’est alors qu’une voie puissante et solennelle se fit à nouveau entendre :

« Voici les lumières que sont les âmes des hommes, elles grandissent et décroissent à jamais, toujours vivantes dans le changement de la vie et de la mort.

Lorsqu’elles ont monté en fleur et atteint le zénith de leur croissance je projette le voile de l’obscurité qui va les transmuer en de nouvelles formes de vie.

C’est ainsi qu’elles iront d’une époque à l’autre, sans cesse en croissance, d’une flamme à l’autre, pour illuminer l’obscurité avec un plus grand pouvoir, rassasiées et en même temps non rassasiées par le voile de la nuit.

C’est ainsi que l’âme de l’homme se déploie sans cesse en grandissant, rassasiée et pourtant non rassasiée par l’obscurité de la nuit.

Moi, la Mort, je viens et pourtant je suis éphémère puisque la Vie éternelle existe partout. Sur le chemin éternel je ne suis qu’un obstacle qui est vite conquis pour la lumière infinie. Je suis le combustible du feu éternel.

Éveilles toi Ô flamme qui brûle sans cesse à l’intérieur et qui conquiert le voile de la nuit. »

C’est alors que toutes les flammes réunis éclatèrent et fusionnèrent jusqu’à ce qu’il ne reste rien d’autre que de la lumière solide. Alors la voie du maître se fit à nouveau entendre :

« Regardes ton âme comme elle grandit dans la lumière ; libérée à jamais du Seigneur de la nuit ».

Il me guida à travers de grands espaces pour découvrir les mystères des Enfants de la Lumière ; mystères que l’homme peut connaître s’il devient lui-même un Soleil de lumière. Au retour il me guida vers la Chambre de lumière pour me prosterner devant les grands Maîtres, les Seigneurs des cycles de l’au-delà. Avec une voix très puissante il ajouta :

« Maintenant que tu es devenu libre de la Chambre de l’Amenti, choisi quel travail tu veux accomplir parmi les enfants des hommes. »

Je lui répondis :

« Ô, grand Maître, laisses-moi devenir un enseignant des hommes, afin de les guider à l’aller et au retour ; jusqu’au moment où ils deviendront à leur tour des lumières parmi les hommes en se libérant du voile de la nuit qui les entoure, rayonnants comme la lumière qui doit briller parmi les hommes.

La voie répondit :

« Qu’il en soit ainsi. Tu es maître de ta destinée ; libre de prendre ou de rejeter selon ton vouloir. Empare-toi du sceptre du pouvoir et de la sagesse. Brille comme une lumière éclatante parmi les enfants des hommes. »

Et ainsi, le Gardien me ramena en-haut pour vivre comme SOLEIL DE LUMIÈRE, FEU PARMI LES HOMMES, afin de leur enseigner ma voie et de leur apprendre un peu de ma sagesse.

 


TABLETTE I : L’HISTOIRE DE THOTH, L’ATLANTE

Je suis THOTH, l’Atlante, maître des mystères, gardien de la Mémoire ancestrale, Roi, Sage et Mage. Je suis celui qui survit d’une génération à l’autre et qui s’apprête à entrer dans la Chambre de l’Amenti pour guider ceux qui me suivront dans les souvenirs de la grande Atlantide.

J’ai débuté cette série d’incarnations dans la grande métropole de KEOR, sur l’île de UNDAL, à une époque très lointaine où les mages de l’Atlantide vivaient et mourraient, non pas comme les petits hommes de cette période obscure, mais en renouvelant leur vie dans la Chambre de l’Amenti ; là où la rivière de la vie coule éternellement vers l’infini.

Cent fois dix j’ai parcouru la voie obscure qui même à la lumière et autant de fois j’ai traversé l’obscurité pour régénérer mon pouvoir et ma force grâce à mon ascension dans la lumière.

Et maintenant, me voici à nouveau avec vous, pour un temps, jusqu’au moment où le peuple de KHEM (nom ancien de l’Égypte) ne me reconnaîtra plus.

Mais il reviendra le temps où je surgirai à nouveau, fort et redoutable, pour demander des comptes à ceux qui sont derrière moi.

Alors attention à toi peuple de KHEM. Si tu as dénaturé mon enseignement je te précipiterai en bas de ton trône, dans les cavernes obscures d’où tu viens.

Et toi qui m’écoute ici, ne révèle pas mes secrets aux peuples du Nord ni à ceux du Sud, sinon tu subiras aussi mon châtiment. Souviens-toi et retiens ces paroles, parce que je reviendrai sûrement. Du plus profond des temps et de la mort je reviendrai pour punir ou récompenser les actes que tu as commis. Si ce texte est maintenant entre tes mains c’est que tu es digne mais ne trahit pas.

Dans les jours anciens mon peuple était grand, plus grand que tout ce que peuvent concevoir les petits qui m’entourent. Il possédait une sagesse ancienne puisant au cœur d’un savoir infini provenant de l’enfance de la terre. Sages parmi les sages, les enfants de la lumière étaient parmi nous. Ils étaient puissants parce que leur pouvoir venait du feu éternel.

Mon père THOTME était le plus grand des enfants des hommes. C’était lui le Gardien du grand temple où pouvait venir les hommes des races qui habitaient nos dix Îles afin de rencontrer les Enfants de la lumière.

Porte parole de la Divine Triade et gardien de UNAL, il savait parler aux Rois avec LA VOIX QUI DOIT ÊTRE OBÉIT.

Puis arriva le moment où le gardien du Temple demanda que je comparaisse devant lui. Peu d’enfants des hommes ont survécu à l’épreuve de son visage éclatant ; le même visage que projettent les Enfants de la lumière lorsqu’ils ne sont pas incarnés dans un corps physique.

Je fus choisi parmi les enfants des hommes pour recevoir l’enseignement du Gardien afin d’accomplir ses desseins qui mûrissaient dans le sein des Temps.

Sans autre désir que celui d’atteindre la sagesse, c’est dans ce Tabernacle que j’ai passé de l’enfance à la maturité et que j’ai reçu l’enseignement sacré de mon père sur les mystères anciens, jusqu’au moment où le feu éternel de la sagesse vint s’installer en permanence en moi.

Pendant une longue période je fus assigné au Temple pour apprendre encore et toujours plus de cette sagesse divine jusqu’au moment où il me fut possible d’approcher la lumière du grand feu.

Le Gardien du temple me montra la voie de l’Amenti, le monde derrière le monde ; là où le grand Roi siège sur son trône de gloire.

Devant cette grande sagesse je me suis prosterner en hommage au Seigneurs de la vie et aux Seigneurs de la mort et pour recevoir la Clef de la Vie qui permet d’entrer dans le cercle de la vie perpétuelle et qui libère de la mort.

J’ai appris à voyager vers les étoiles jusqu’au point où l’espace et le temps fusionnent. Et après avoir bu longuement dans la coupe de la sagesse, j’ai appris à plonger dans le cœur des hommes afin d’y découvrir de plus grands mystères. Ma joie fut grande parce mon âme ne trouvait de repos et de satisfaction que dans cette quête infinie de vérité.

J’ai traversé les âges pour découvrir le secret de ceux qui m’entourent et les voir goûter à la coupe de la mort pour ensuite renaître à la vie.

Puis j’ai vu le voile de l’obscurité qui a recouvert le royaume de l’Atlantide. Cette grande terre qui fut jadis une étoile éclatante devint une étoile secondaire. Peu à peu, les pensées des Atlantes se tournèrent vers l’obscurité jusqu’au moment où le Gardien, dans son AGWANTI (détachement), prononça la parole qui appelait le pouvoir. En accord avec la Loi, le verbe du maître éclata en fleur.

Du cœur profond de la Terre, les enfants de l’Amenti entendirent son appel et avec leur LOGOS ils dirigèrent les mutations de la Fleur du feu qui brûle éternellement afin que sa flamme change de direction.

C’est alors que les grandes eaux recouvrirent la Terre et modifièrent son équilibre. Il ne resta que le Temple de Lumière, seul et intact, sur la montagne de UNDAL qui émergeait au dessus des eaux et qui préserva temporairement ses habitants des fureurs des grandes fontaines.

C’est alors que le Maître m’appela : « Rassembles mon peuple avec le grand Art que tu as appris avant les grandes eaux et transporte-le dans le pays des barbares poilus, dans les cavernes du désert pour accomplir le plan que tu connais déjà. »

J’ai alors rassemblé mon peuple et nous sommes montés dans les grands vaisseaux du Maître. Au matin nous nous sommes envolés, laissant derrière nous le Temple dans l’obscurité, juste avant qu’il ne sombre à son tour dans les grandes eaux ; jusqu’au jour où il réapparaîtra, lorsque les temps seront accomplis.

Vivement nous avons volé vers le soleil du matin, pour atteindre la terre des enfants de KHEM. En nous voyant, ils devinrent furieux et ils arrivèrent avec des lances et des couteaux pour combattre et détruire les enfants d’Atlantis.

J’ai alors projeté un rayon vibrant qui les frappa de plein fouet. Puis, je leur ai parlé avec des mots calmes et paisibles pour leur faire voir la splendeur d’Atlantide et leur dire que nous étions les enfants du Soleil et ses messagers.

Envoûtés par la science magique ils se prosternèrent à mes pieds et nous pûmes demeurer longtemps sur la terre de KHEM, très longtemps où j’ai accompli de grands travaux inspirés de la sagesse.

Puis vint le jour où, obéissant aux commandements du Maître qui veille éternellement dans son sommeil, j’ai commandé aux enfants d’Atlantis de se déployer dans plusieurs directions pour se mêler au peuple de KHEM, afin que la sagesse éternelle sortent du sein des temps et s’élève à nouveau dans tous ses enfants.

À partir de ce moment, les enfants de KHEM grandirent dans la lumière de la connaissance arrosée par la pluie de ma sagesse. Le peuple de KHEM grandit lentement et étendit son territoire. Son âme s’éleva peu à peu.

C’est à cette époque que j’ai ouvert un passage vers l’Amenti afin de régénérer mes pouvoirs et pour survivre d’une époque à l’autre, comme un Soleil d’Atlantis, en conservant la sagesse et en préservant la Mémoire ancestrale.

Avec le pouvoir qui neutralise la gravité j’ai élevé au dessus de ce passage une énorme pyramide. En son sein j’ai construit une chambre secrète d’où part un passage circulaire qui mène presque au grand sommet.

Là, dans son Apex, j’ai installé un cristal qui envoyait un rayon dans l’espace temps afin d’attirer la force provenant de l’Ether et la concentrer sur le passage de l’Amenti. J’y ai construit d’autres chambres que j’ai laissé vides mais qui cachent les clefs de l’Amenti.

Périodiquement, lorsque le temps était venu, je retournais dans l’obscure Chambre d’Amenti, profondément dans les entrailles de la terre pour me présenter devant les Seigneurs du pouvoir, face à face avec le Gardien, devant l’entrée du passage qui mène vers l’Amenti.

Rares sont ceux qui affronte ce passage qui descend vers l’obscure Amenti. Celui qui veut affronter courageusement les royaumes obscurs doit tout d’abord se purifier par un long jeûne et s’étendre dans le sarcophage. Ensuite je viens le rencontrer dans l’obscurité absolu et je lui révèle les grands mystères.

À partir de ce moment, moi THOTH, Maître de la Sagesse, je l’accompagne pour toujours.

J’ai construit la Grande pyramide en m’inspirant de la pyramide naturelle des forces de la terre afin qu’elle brûle éternellement et qu’elle demeure à travers les âges. Dans sa forme j’ai inscrit mon savoir de la Science Magique afin qu’elle soit toujours disponible lorsque je reviens de l’Amenti.

Ainsi, lorsque je dormirai dans la Chambre de l’Amenti, mon Âme s’incarnera à nouveau parmi les hommes, sous cette forme ou sous une autre.

Ô Hermès le Trois fois né. Émissaire du Gardien sur la Terre, je réponds à tes commandements afin que plusieurs de tes enfants puissent être élevés à cette dignité.

Maintenant que je t’ai révélé ces mystères, il est temps que je retourne dans la Chambre de l’Amenti, en laissant derrière moi un peu de ma sagesse. Préserve-toi et garde précieusement le commandement du Gardien :

LÈVES TOUJOURS PLUS HAUT TES YEUX VERS LA LUMIÈRE

Et maintenant me voici à nouveau unis au Maître. Par ma dignité naturelle et mon vouloir je suis UN avec le grand TOUT CE QUI EST.

Je vous quitte pour un temps. Gardez et vivez mes commandements et ainsi je serai avec vous pour vous aider et vous guider vers la lumière.

Maintenant devant moi s’ouvre le Portail où je m’enfonce dans la noirceur de la nuit.